Son interview
  Son interview
EULOGE HOTAB
Son interview

Parce qu'il n'est pas aisé de parler de soi-même, j'ai choisi de m'exprimer par le prisme d'une interview afin d' explorer les différentes facettes du métier d'Entraîneur de golf.

Les questions sont posées par Benjamin Etchemendy (stagiaire BP JEPS au Golf de Belle Dune de 2008 à 2010, période où j'étais son tuteur).

Cette interview accordée en Janvier 2010, a été publiée par : Le Magazine Baie de Somme, le site internet Destination Baie de Somme, le Par Mag, Golf Magazine, et le Blog du Comité de golf de la Somme :
 

Ben Etchemendy : D'abord mes félicitations; que représente pour toi ce Diplôme d'Entraîneur de golf?

Euloge Hotab : C'est avant tout, une grande satisfaction, c'était un challenge très excitant de reprendre les bancs de l'école, alors que rien ne m'y obligeait. C'est aussi une immense fierté de se voir reconnaître des compétences par ses pairs et par les représentants du  Ministère de la Jeunesse et des Sports,  notre Ministère de tutelle.

 

Ben Etchemendy : Justement, pourquoi as tu fait cette Formation d'Entraîneur de golf?
Euloge Hotab : J'ai toujours aimé rencontrer mes collègues Enseignants pour confronter nos points de vue, pour échanger, et me tenir au courant de ce qui se fait de mieux dans mon métier. C'est pour les mêmes raisons que j'ai régulièrement effectué plusieurs formations, notamment au Golf National. La formation d'Entraîneur s'inscrit tout naturellement dans cette logique.

 

Ben Etchemendy : Combien de temps a duré cette formation d'Entraîneur?
Euloge Hotab : Pour ce qui me concerne, le cursus a duré deux ans, ce choix m'a permis d'être au golf pendant toutes les vacances scolaires et d'assurer ainsi les cours. Les Enseignants qui le souhaitent peuvent néanmoins étaler leur formation sur 6 mois, ou sur des périodes plus longues qui peuvent aller à 5 ans, la grande souplesse de cette formation est en outre son point fort.

 

Ben Etchemendy : Quelle différence y a t' il entre le métier d'Enseignant et celui d'Entraîneur ?
Euloge Hotab: L'Enseignant de Club est  par sa formation un grand spécialiste de la technique (ce n'est pas péjoratif venant de moi, je fais ici allusion à la formation que nous sommes nombreux à avoir reçu il y a une vingtaine d'années), je te rappelle que la technique est un moyen, et non une finalité. L'entraîneur est quant à lui est un généraliste, outre ses connaissances techniques indispensables, il a des compétences en matières de préparation physique, en psychologie du sport, y compris en marketing et en communication. Sa mission est de concevoir, de diriger et d'animer des programmes d'entraînement conduisant à la performance des joueurs en compétitions. Cette planification doit obligatoirement inclure les aspects préparation mentale, préparation physique, des choix technico-tactiques et hygiéniques. L'Entraîneur doit rendre ses joueurs complètement autonomes, il doit surtout veiller à ne pas créer leur dépendance vis à vis de lui. Il doit se donner les moyens d'atteindre les objectifs fixés, il a enfin, une obligation de résultat, ce sont les risques de son métier...

 

Ben Etchemendy : Vas tu désormais t'occuper seulement des joueurs à un chiffre d'index?
Euloge Hotab : (rire) Mes élèves, quel que soit leur niveau de jeu, vont certainement profiter de mes connaissances et de mon expérience. Il n'y a pas de frontière entre l'Enseignement et l'Entrainement. L'Entraîneur oscille sans cesse de l'un à l'autre, c'est à lui de choisir le bon logiciel au bon moment, et de mettre le curseur sur tel ou tel aspect du jeu. Je ne cache pas non plus mon désir d'avoir de bons joueurs à coacher ou à entraîner, en particulier ceux issus du Golf de Belle Dune.

 

Ben Etchemendy : Tu vas certainement augmenter tes tarifs?
Euloge Hotab : Je ne  vois pas pas les choses en ces termes, d'ailleurs les tarifs des leçons sont fixés par le Syndicat Mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard, et les prix n'ont pas bougé depuis 3 ans. Mes nouvelles compétences sont une valeur ajoutée dans  mon évolution personnelle et pour le Golf de Belle Dune, mon Employeur. Je vais plutôt proposer toute une gamme de prestations qui draineront de nouveaux publics, donc engranger de nouvelles recettes, je pense par exemple aux leçons à thèmes sur la préparation physique, aussi bien générale que spécifique, sur la préparation mentale, prenant en compte l'aspect de gestion du stress, de la concentration, de la relaxation, de l'activation, de la visualisation et encore de l'imagerie, etc....

De nouvelles offres pour de larges publics comme « 36 en 12 heures », des « stages de perfectionnement  Ados », d'autres animations en compétitions comme faire un parcours avec un seul club, la mise en place des championnats du Club, en petits jeux et en  putting, ou encore un concours de Par 3 (18 trous en Par3), ce sont là quelques fragments de la revitalisation du pôle Enseignement au Golf de Belle Dune.

 

Ben Etchemendy : C'est quoi un bon Entraineur pour toi?
Euloge Hotab : L'entraîneur a pour mission de préparer ses joueurs de façon optimum aux conditions de jeu en compétition, il doit donner aux joueurs les moyens d' atteindre les objectifs fixés. L'entraineur est un guide, c'est un fédérateur, un visionnaire, c'est un humaniste. Alors que le joueur est centré sur lui même, l'Entraineur est ouvert sur les autres. Le bon Entraineur doit savoir tirer profit de toutes les expériences, y compris les échecs. L'Entraîneur modèle doit prévoir dans son travail, de laisser libre cours à la créativité, à l'inventivité. Je considère que la créativité est la clef de la réussite, je définis la créativité, comme la capacité qu'a le joueur à transformer les difficultés, les obstacles, les handicaps rencontrés, en opportunité.

 

Ben Etchemendy : Que penses tu de cette phrase: «il n'y a pas de mauvais joueurs, il n'y a que de mauvais Profs»?
Euloge Hotab : (sourire) J'ai compris très vite deux choses dans ce métier,  la victoire des joueurs leur appartient, mais leurs échecs incombent aux Profs. Le bon Entraîneur ne court  pas après les honneurs. L'Entraîneur n'existe pas, il existe des Entraîneurs.

 

Ben Etchemendy : Peut on parler d'une philosophie dans ta manière d'entraîner ou d'enseigner?
Euloge Hotab : Je ne sais pas si on peut parler de philosophie, mais j'essaye d'être pragmatique, je n'aime pas l'endoctrinement. J'aime laisser parler mes joueurs pour mieux les comprendre.

Mes solutions et mes pistes de travail sont proposées et non imposées. Je dois obtenir du joueur sa pleine adhésion, et lui expliquer pourquoi tel type d'entraînement est bon pour lui. Il faut ensuite que je m'efface progressivement pour le rendre entièrement autonome.

 

Ben Etchemendy : Que signifie pour toi un bon entrainement ou un cours réussi?
Euloge Hotab : Ta question est  judicieuse, car elle doit être au cœur des préoccupations de tous les Enseignants. Je suis satisfait lorsque j'ai le sentiment que j'ai fait progresser mon joueur, et qu'il repart avec une feuille de route, un plan de travail à respecter pour atteindre des buts que nous avons fixés ensemble. C'est seulement dans cette atmosphère d'engagement et de respect des objectifs fixés que naîtront les victoires.

 

Ben Etchemendy : As tu une communication différente selon que  tu travailles avec une équipe masculine ou féminine?
Euloge Hotab : Dans une communication, il faut trois éléments: d'abord un émetteur, un récepteur, et enfin des ondes; si ce préalable n'est pas respecté, alors la communication n'est pas possible, on parle alors de dialogue de sourds, on ne se comprend pas, on ne s'entend plus.

Je me dois d'être sans cesse à l'écoute des désidératas de mes élèves, bien que très souvent, leurs envies sont à mille lieues de leurs besoins réels. Je dois m'adapter au public que j'ai en face de moi. Je puis enfin te dire que la psychologie féminine en sport n'est pas du tout la même que chez les hommes. L'Entraîneur doit être plus subtile, pour ne pas dire diplomate, lorsqu'il est en présence d'une équipe féminine.

 

Ben Etchemendy : On a l'impression que les Pros du circuit se corrigent plus vite que les amateurs, qu'en penses tu?

Euloge Hotab : (long silence), je ne suis pas d'accord, beaucoup de Pros ont connu des traversées de désert, je pense au plus emblématique d'entre eux, Ballesterros; David Duval, John Dailly et Paul Casey ont aussi connu le même sort. La différence entre les Pros et les amateurs est que ces derniers ont tendance à se focaliser trop rapidement sur la balle, au lieu de se préoccuper des processus qui conduisent au résultat attendu. Il y a une autre différence encore plus édifiante, c'est qu'à très haut niveau, à  chaque coup exécuté, le Pro est capable de se projeter dans trois paramètres, d'abord une perspective interne où il voit le coup qu'il va jouer, puis il se voit jouer le coup, et  enfin il met sa routine en place, et joue en lâcher prise (sans penser à la technique).

 

Ben Etchemendy : En tant qu'Entraineur vas tu insuffler à tes joueurs l'esprit de « tueur »?
Euloge Hotab : Bernard Tapie préconisait dans les années 80, une méthode de Management où l'art et la manière d'écraser l'adversaire étaient les préceptes, tu connais la suite...

Mon sentiment est que mes joueurs doivent respecter les adversaires, s'ils ne doivent pas les sous estimer, ils ne doivent pas non plus les sur estimer. Un autre exemple, tu sais sans doute que Woods , numéro mondial, n'est pas le meilleur spécialiste du match play, je l'ai vu perdre deux matches d'affilée contre Michaël Shaun à Wenthworth (Angleterre), il ne me donnait pourtant pas l'impression de vouloir « tuer son adversaire » pour reprendre ton expression. De toute façon, un joueur qui est concentré sur le travail qu'il a à faire, et qui joue les coups les uns après les autres, contrôlant ses émotions, n'a pas besoin d'autres artifices pour gagner son match.

 

Ben Etchemendy : Quelle est pour toi la principale qualité d'un bon joueur?

Euloge Hotab : Je ne dis pas à mes joueurs, soyez parfait, car nul n'est  infaillible, mais je dois les préparer, et leur donner des capacités à rebondir après un mauvais coup. Je sais d'autre part par expérience, que les joueurs qui ont envie de gagner, sont ceux qui aiment s'entraîner. De plus le bon joueur est patient et travailleur, alors que beaucoup de joueurs veulent se voir en haut de l'affiche, sans faire les efforts nécessaires.

 

Ben Etchemendy : Comment expliques-tu la réticence de certains joueurs à prendre des leçons
Euloge Hotab : Tu as entièrement raison, je rajouterai que ce phénomène est allé crescendo depuis l'avènement d'Internet. Internet est un outil extraordinaire d'information. Internet peut parfois donner l'illusion de croire qu'on est savant, mais l'information n'est pas l'Enseignement, car l'Enseignement requiert de l'expérience. Mais gardons-nous de jeter le bébé avec l'eau du bain, il y a encore heureusement un grand nombre de joueurs qui prennent des cours, c'est à nous de nous adapter aux nouvelles technologies et à l'évolution de notre métier, l'Entraîneur doit déborder d'inventivité.

 

Ben Etchemendy : Nous arrivons au terme de cette interview, qu'as tu envie de dire en guise de conclusion ?
Euloge Hotab : (silence) Quelle que soit la qualité de l'Entraîneur, je considère que c'est le joueur qui fait l'Entraineur, il s'agit d'un binôme, d'un échange. L'entraineur porte en lui ce que les joueurs lui donnent, c'est sa richesse. L'Entraîneur doit exister non pas en tant que fonction, mais en tant que personne. J'essaye en tout cas dans mon travail, de placer l'humain au dessus de tout...


Ce site Web utilise les cookies
Les cookies nous permettent d'analyser notre trafic. Vous consentez à nos cookies si vous continuez à utiliser notre site Web.